Alkopharm pourrait reprendre la production à Blois

Le 14 Novembre 2012
Imprimer
A Blois (41), le laboratoire Alkopharm, l’une des unités du groupe dirigé par Alain Bouaziz, pourrait reprendre ses activités de fabrication dans une quinzaine de jours. L’Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM) aurait, en effet, notifié à la direction l’abrogation des interdictions d’exercer et de produire qui frappaient ce site d’une quarantaine de salariés respectivement depuis les 20 janvier et 20 avril derniers. Selon nos informations, l’ANSM devrait d’ailleurs publier dans les heures à venir une note d’information à ce sujet sur son site internet.
Rappelons qu’à Blois, Alkopharm est spécialisé dans le conditionnement secondaire d’injectables et de formes solides ; l’usine produit un certain nombre de traitements de maladies rares – dont certaines sont privées de toute alternative thérapeutique – ainsi que le Normisson (troubles de l’insomnie) et le Di-Hydan (traitement de l’épilepsie). L’interdiction de fabrication avait été prononcée suite à la mise en évidence d’écarts majeurs dans la documentation des produits.