Arnaud Montebourg veut relocaliser la production pharma

Le 25 Mars 2013
Imprimer

De notre envoyé spécial à Lyon. C’est dans une ambiance tendue que le Comité Stratégique de la filière Santé a été installé aujourd’hui à Lyon dans le cadre du congrès Biovision 2013. Trois éminents représentants du gouvernement – Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé, Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif et Geneviève Fioraso, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche – avaient fait le déplacement. Plus de 200 salariés de Sanofi protestant contre la restructuration des sites de R&D du groupe s’étaient aussi invités ; empêchés d’entrer par une solide escouade de CRS, ils ont dû se contenter de donner de la voix aux portes du palais des congrès lyonnais. 
Si aucune mesure concrète n’est sortie de cette installation – mais ce n’était pas l’objet de la réunion puisque les premières recommandations ne sont pas attendues avant le début du mois de juin –, la troïka gouvernementale a été chargée d’annoncer un changement de  tonalité entre pouvoirs publics et industriels et de tendre la main aux pharmas, « dans une logique de donnant-donnant », a indiqué Arnaud Montebourg. « Nous voulons ouvrir une nouvelle phase d’investissement dans cette industrie et de relocalisation des capacités de production sur le territoire français », a poursuivi le ministre, ébranlé par la perspective que la filière pharma subisse une perte de 40 000 emplois au cours des années à venir, comme cela lui a été soufflé par les industriels. « C’est aussi un enjeu de souveraineté sanitaire », s’est enflammé Arnaud Montebourg en appelant « à la mobilisation et à une grand alliance », seule capable d’atteindre cet objectif. 
Toutes les propositions déjà rendues publiques par les industriels, notamment l’affichage de l’origine de la production et le sourcing des médicaments, la simplification des procédures d’essai cliniques – « qui pourrait prochainement faire l’objet de mesures concrètes », s’est engagée Marisol Touraine  –, ainsi qu'une simplification du maquis administratif et fiscal ont été évoqués. Il reste désormais à faire entrer ces bonnes intentions dans les faits. Sans doute à l’occasion du CSIS qui succédera aux recommandations du Comité Stratégique de filière…  Notons que Marisol Touraine a, en marge de cette rencontre, indiqué que les décrets d’application de la loi sur la sécurité du médicament (loi Bertrand), examinés par le Conseil d’Etat, devraient être « très prochainement publiés ». Coïncidence, le même jour, Sanofi et Transgene annonçaient la création d’une plateforme de bioproduction à Lyon.