AstraZeneca ferme en Espagne, en Suède et en Belgique

Le 20 Novembre 2008
Imprimer

La big pharma anglo-suédoise AstraZeneca, 5e laboratoire mondial au classement des chiffres d’affaires 2007, fermera d’ici à 2013 trois de ses unités européennes, Porrino (Espagne), Umea (Suède) et Destelbergen (Belgique), cette dernière employant 90 personnes à l'emballage et à la distribution de médicaments ; les sites de Macclesfield (Royaume-Uni) et Sodertälje (Suède) devraient être partiellement affectés. On peut ajouter à ces annonces celle de la fermeture programmée – sauf identification d’un repreneur d’ici à cette date – du site chimique de Dunkerque (France), qui compte 200 salariés (cf. notre post du 10 octobre dernier). Au total, ces mesures de restructuration doivent permettre de supprimer 1 400 postes industriels.
En contrepartie, AstraZeneca veut investir dans son usine chinoise de Wuxi pour accompagner la croissance de l’entreprise sur les marchés asiatiques. Une bonne part de ces investissements portera sur les capacités de formulation de médicaments et d’emballage du site chinois. Une stratégie bien dans l’air du temps, comme le prouve notre post précédent (lire ci-dessous).
Par ailleurs, AstraZeneca et son partenaire Par Pharmaceuticals ont suspendu la vente sur le marché américain de leur générique de l’antiasthmatique Pulmicort, l’objectif étant de contrer Teva qui vient de lancer une copie non autorisée du médicament (budésonide).