AstraZeneca pourrait fermer son site chimique de Dunkerque en 2013

Le 10 Octobre 2008
Imprimer

On savait depuis le mois de mai qu’AstraZeneca allait transférer une partie de la fabrication de l’ésoméprazole, le principe actif du Nexium, de son site de Dunkerque (59) vers une ou plusieurs usines de l’indien Ranbaxy, en vertu d’un accord de sous-traitance. Les représentants syndicaux attendaient de connaître l’impact social de cette perte de charge. Ils viennent d’être informés : 95 salariés devront quitter le site entre l’automne 2009 et la fin de l’année 2010. Mais une autre menace se profile. Selon les syndicats, la direction aurait prévenu que « sans repreneur, le pôle chimie fermerait d’ici à 2013 ou 2014 » entraînant, selon eux, le risque de disparition de quelque 200 emplois supplémentaires.
Le site AstraZeneca de Dunkerque, qui produit divers principes actifs dont l’ésoméprazole, l’oméprazole et le budésonide, abrite également une unité d’assemblage et de conditionnement des aérosols Symbicort Turbuhaler, prescrits pour l’asthme. Ces deux activités emploient environ 600 personnes sur le site de Petite-Synthe. Le laboratoire anglo-suédois a déjà engagé l’externalisation des fonctions support qui, à terme, devrait toucher 15 à 20 % des effectifs dunkerquois.