BioAlliance Pharma poursuit son ex-partenaire devant la justice internationale

Le 03 Avril 2009
Imprimer

La hache de guerre est déterrée entre la specialty pharma française BioAlliance Pharma et la société SpePharm dirigée par Jean-François Labbé.  Après voir dénoncé en mars dernier l’accord qui confiait la commercialisation exclusive (hors France) du Loramyc, un traitement contre la candidose oropharyngée à SpeBio, une JV Spepharm-BioAlloance, la specialty pharma vient d’assigner son ancien partenaire commercial devant la Cour d’arbitrage de la Chambre de commerce internationale.
Cette procédure « logique » fait suite à la requête « que nous avons déposée devant le Tribunal de commerce de Paris » indique l’un des dirigeants de BioAlliance ; elle  vise tout simplement à « obtenir réparation du préjudice commercial subi ». Les responsables de la specialty pharma jugent en effet totalement insuffisantes les ventes réalisées par SpeBio en Allemagne, aux Pays-Bas et au Danemark ; 96 % des ventes du Loramyc (environ 1 M€) auraient été réalisées sur le seul marché français adressé en direct par les forces commerciales de BioAlliance Pharma. Cette dernière serait déjà entrée en discussions avec un autre partenaire pour assurer la promotion de son produit-vedette en Europe.