Bioproduction : la France doit être plus attractive… les études du Leem moins sélectives

Le 16 Octobre 2008
Imprimer

Selon une étude toute récente publiée par le Leem et le Genopole, la France accuse un retard prononcé en matière de bioproduction. Elle ne compterait que cinq sites de fabrication de lots commerciaux et sept unités de production de lots cliniques, loin, très loin derrière l’Allemagne, la Suisse et le Royaume-Uni. Pour autant, dans sa pointilleuse revue de détail, cette énième étude omet d’évoquer le projet d’une construction d’une nouvelle usine Genzyme à Lyon-Gerland (105 Me) dédiée à la fabrication de la Thymoglobuline et celui annoncé par GSK à St-Amand-les-Eaux, près de Valenciennes (59), où 500 M€ sont consacrés à une nouvelle unité de vaccins. Est également passée sous silence le site Pierre Fabre d’Idron, près de Pau (64), qui produit des anticorps monoclonaux, notamment l’interféron B de Biogen Idec.
Selon les rapporteurs, les omissions sont délibérées :  « Ces programmes ne correspondent pas à notre parti-pris de départ qui est de se cantonner aux seuls produits issus de l’ADN recombinant » nous indique un porte-parole du Leem.  « Les sites GSK Biologicals de St-Amand-les-Eaux et Pierre Fabre à Idron n’accueillent pas de capacités de fermentation. Ce sont des unités de type fill and finish ». Par ailleurs, l’usine Genzyme exploiterait une technologie – relative aux anticorps polyclonaux – « qui n’entre pas dans le champ de l’étude ».  Dommage d’être aussi sélectifs… Mais peut-être faut-il forcer le trait pour être entendus ?