Daiichi Sankyo, déçu, cède Ranbaxy à l’indien Sun Pharmaceuticals

Le 07 Avril 2014
Imprimer

C’est l’histoire d’un échec. Le japonais Daiichi Sankyo, qui avait déboursé en 2008 la coquette somme de 4,6 Md$ pour prendre le contrôle de 64 % du génériqueur indien Ranbaxy, n’aura jamais réussi à profiter de son acquisition. Les rêves de conquête de nouveaux marchés se sont évanouis. Surtout, les Japonais ne seront jamais parvenus à hisser la qualité – très défaillante – du process industriel de Ranbaxy. Ce qui a conduit les autorités réglementaires occidentales a refuser l’entrée de nouveaux produits du laboratoire indien sur leur territoire. Depuis janvier 2012, Ranbaxy faisait aussi l’objet d’une injonction permanente de la part de la FDA.
Fort de ce constat, Daiichi Sankyo a donc décidé de céder la quasi totalité de sa participation à Sun Pharmaceuticals, un autre  génériqueur indien ; il devrait cependant conserver 9 % du capital. Cette opération, qui prendra la forme d’une OPE d’un montant de 3,2 Md$, donnera naissance au 5e fabricant mondial de génériques. Notons que Sun Pharmaceuticals a également subi les foudres de la FDA qui a interdit, le mois dernier, l’importation sur le sol américain de médicaments produits par l’usine Sun Pharma de Karkhadi, dans l’état du Gujarat…