Daiichi-Sankyo pourrait investir en Alsace… ou en Bavière

Le 16 Novembre 2011
Imprimer

La filiale européenne du japonais Daiichi-Sankyo, dont le siège se trouve à Munich (Allemagne), pourrait prochainement se doter de nouvelles capacités de bioproduction, et notamment de fabrication d’anticorps, nous indique Reinhard Bauer, le CEO de Daiichi-Sankyo Europe. La localisation de cet investissement « qui correspondra à un investissement en équipements compris entre 20 et 25 M$ » n’a pas encore été arrêté. Deux sites industriels sont aujourd’hui en lice : celui de Pfaffenhofen, situé à une soixantaine de kilomètres de Munich, où le groupe exploite une plate-forme de production (formes solides) de 400 salariés ; celui d’Altkirch (68), une unité de 40 salariés spécialisée dans la fabrication d’API notamment destinés à des médicaments anti-inflammatoires.
Selon nos informations, l’unité alsacienne ne partirait pas favorite compte tenu de sa situation géographique, de considérations urbanistiques… et du manque d’enthousiasme des autorités locales. Cette plate-forme de production accueillerait des produits de marque en provenance du pipe de Daiichi-Sankyo et probablement la fabrication de biosimilaires destinés à l’Europe et aux Etats-Unis. Rappelons que Daiichi-Sankyo (8,5 Md€ de CA sur l’exercice 2010-2011) a pris le contrôle en novembre 2008 de l’indien Ranbaxy, l’un des pionniers du marché des biosimilaires dont il détient 64 % du capital. Principal bras armé industriel, hors Japon, de Daiichi-Sankyo, l’usine de Pfaffenhofen fait actuellement l’objet d’un investissement d’environ 20 M€ qui va lui permettre de porter sa capacité de production de comprimés et d’enrobés de 2,7 à 4 milliards d’unités d’ici à la fin 2012.