Daiichi Sankyo reprend les 217 commerciaux cardios de Merck Serono en France

Le 15 Décembre 2008
Imprimer

A l’heure où les big pharmas taillent dans leur force de vente, Merck Lipha Santé, la filiale française de Merck Serono, annonce le transfert de 217 visiteurs médicaux de sa division cardiométabolisme à la filiale française du japonais Daiichi Sankyo. Le 2 janvier, les deux réseaux – ville et hospitalier – continueront, pour le compte cette fois du japonais, de promouvoir les antihypertenseurs Olmetec et CoOlmetec (olmésartan) de Sankyo Pharma, tâche qu’ils assuraient déjà depuis quatre ans en vertu d’un accord entre les deux laboratoires, tout en poursuivant la promotion des médicaments Merck Serono qu’ils présentent actuellement.
Très offensif depuis le début de l’année – acquisition en mars auprès d’Eli Lilly des droits européens du traitement contre l’ostéoporose Evista, rachat en mai de la biotech allemande U3 Pharma pour 150 M€, lancement en juin d’une OPA amicale sur Ranbaxy (lire notre post du 11 juin), reprise très récemment de l’activité cardiométabolique de Merck Serono en Turquie qui succédait à la création d'une filiale dans ce pays en mars – le japonais se prépare, avec ce renforcement de ses effectifs commerciaux, au lancement dans les deux ans à venir de plusieurs produits issus de sa recherche dans les domaines de l’hypertension (Sevikar, une combinaison amlodipine/olmésartan) et de la thrombose (l’anti-agrégant plaquettaire prasugrel, présenté comme le grand concurrent du clopidogrel/Plavix de Sanofi-Aventis). En France, Daiichi Sankyo vise 100 M€ de CA à la fin de l’exercice en cours (clos le 31 mars).