Genzyme sur tous les fronts

Le 23 Avril 2008
Imprimer

La biopharm de Cambridge (Massachusets) est sur tous les fronts. Alors qu’elle vient de démarrer les travaux de sa nouvelle unité de Lyon-Gerland, qui regroupera progressivement les deux unités actuelles de l’agglomération lyonnaise (Champagne-au-Mont-d’Or et Marcy-l’Etoile), elle annonce successivement un investissement de plus de 200 M$ à Waterford, en Irlande, et la construction d’un centre de R&D de 90 M$ à Pékin. A Lyon-Gerland, le nouveau site s’étendra sur 22 000 m2, avec un premier bâtiment de bureaux et de laboratoires d’analyse et un second de production et de logistique, le tout installé sur une emprise foncière de 3,7 ha qui laissera la possibilité d'extensions ultérieures. L’effectif actuel de Genzyme dans le Rhône — 210 personnes — sera renforcé d’une cinquantaine de postes. Le site, qui aura coûté au final près de 170 M$, permettra d’augmenter les capacités de production de Thymoglobuline, un anticorps monoclonal destiné à la greffe d’organes ou de moelle osseuse.
A Waterford, Genzyme va étendre ses laboratoires de qualité et sa production de capsules. Environ 170 emplois seront créés, portant l’effectif irlandais à 600 personnes. Enfin, avant-hier, la biopharm a annoncé la construction prochaine d’un site de R&D de 18 000 m2 à Pékin ; il sera destiné à employer, à terme, 350 personnes. L’ouverture est prévue pour 2010.
Genzyme, qui vient d’afficher un CA trimestriel en hausse de 25 %, à 1,1 Md$ (CA full year 2007 de 3,8 Mds$), est toujours principalement positionné sur le traitement des maladies génétiques — dont Cerezyme (imiglucérase), un traitement de la maladie de Gaucher qui contribue aux ventes du groupe à hauteur de plus de 1 Mds$ — mais a étendu le champ de ses applications thérapeutiques aux maladies rénales, à l’oncologie, à l’hématologie et à la chirurgie.