Genzyme va muscler les capacités du Fabrazyme à Framingham

Le 10 Septembre 2014
Imprimer

(de Jean-Christophe Savattier, à Boston). Confronté à la croissance de la demande et dans le but de pallier d’éventuelles nouvelles ruptures d'approvisionnement, Genzyme envisage de multiplier par un facteur de 5 à 10 les capacités de purification de son usine de Framingham, près de Boston (Mas.). Cette expansion va se traduire par la construction d'un bâtiment de 72 000 square feet (environ 6 500 m²), dont un tiers de la surface sera dédié à des laboratoires GMP. Ce programme, qui pourrait être pleinement opérationnel en 2016 pour produire à pleine capacité deux ans plus tard, va requérir un investissement de 80 M$. Il sera exclusivement dédié à la fabrication du Fabrazyme, le traitement de la maladie de Fabry qui constitue l'une des principales spécialités de la plateforme actuelle, puisque 355 salariés sur 855 de Framingham Biologics lui sont déjà affectés. Le Fabrazyme ėtait auparavant fabriqué au sein de l’usine Genzyme d'Allston, un quartier de Boston, avant que d'importants problèmes de contamination, mis en exergue par la FDA dès 2009, ne conduisent la biopharm à stopper le process, ce qui avait entraîné de sérieux problèmes de disponibilité. Genzyme a, dans la foulée, décidé de spécialiser ses sites de biomanufacturing. Ainsi, l'usine de Framingham à laquelle 500 M$ ont été consacrés depuis six ou sept ans, se consacre au Fabrazyme, tandis qu'Allston est dédiée à la production du traitement de la maladie de Gaucher Cerezyme. Le fill and finish des deux produits est assuré par l'usine irlandaise de Genzyme, implantée à Waterford.