GSK et Pfizer unissent leurs portefeuilles anti-VIH

Le 16 Avril 2009
Imprimer

New deal contre le sida. Le britannique GSK et l’américain Pfizer vont unir leurs portefeuilles de traitements anti-VIH dans une JV, détenue à 85 % par le premier et à 15 % par le second. Ensemble, ils détiendront 19 % du marché du VIH, avec une facturation annuelle de 1,6 Md£ (2,4 Md$) et un profit opérationnel de 870 M£ (1,3 Md$). Selon les analystes, sa valorisation serait comprise entre 4 et 5 Md£ (6 et 7,5 Md$). Chacun y trouve son compte : GSK possède un portefeuille important de molécules sur le marché, mais son pipe est relativement pauvre, à l’inverse de Pfizer, relativement peu présent sur le marché par rapport à ses compétiteurs, mais engagé dans plusieurs développements cliniques majeurs. L’américain aura d’ailleurs contractuellement la possibilité de monter à 30,5 % de la JV si plusieurs de ses traitements actuellement en essais arrivent sur le marché. Enfin, il est à noter que c’est un Français, Dominique Limet, actuellement senior vice-president de GSK, qui deviendra le CEO de la cette JV qui gérera 11 AMM et 17 candidats.