GSK sacrifie sa recherche française

Le 24 Septembre 2015
Imprimer

La big pharma britannique GSK vient d’annoncer aux représentants du personnel qu’elle entendait céder sa plateforme de recherche des Ulis (91) qui emploie 70 salariés. Le site, créé en 1987, est une unité de discovery qui se consacre notamment aux pathologies lipidiques.
Les dirigeants ont indiqué qu’ils se donnaient six mois pour identifier un repreneur. Si la démarche n’aboutissait pas, ils seraient contraints de fermer l’établissement rattaché à une plateforme de R&D américaine installée à Upper Merrion (Pennsylvanie). Les syndicats ont naturellement dénoncé cette décision qualifiée d'« étonnante », en indiquant « que la direction n’avait de cesse de présenter la performance des chercheurs dans des termes très élogieux ».