GSK veut fermer Crawley et supprimer 500 emplois

Le 11 Juillet 2008
Imprimer

C’est l’hécatombe chez GSK. Quelques jours après avoir laissé entendre qu’il allait réduire de manière drastique l’effectif de son usine de produits OTC de Maidenhead (voir notre post du 27 juin), le laboratoire britannique vient d’annoncer la fermeture, programmée pour la fin 2011, de son unité de Crawley, située à quelques kilomètres de l’aéroport de Gatwick, au sud de Londres. Au total, GSK emploie 493 personnes à Crawley, alors qu’une première vague de 160 suppressions d’emplois, annoncée il y a un an, est en cours. « Cette mesure est la conséquence de la baisse des volumes, de l’allongement des délais réglementaires et de la chute de plusieurs brevets » a indiqué un porte-parole de la firme.
La production de cette unité spécialisée dans des médicaments à forte valeur ajoutée (VIH, maladies cardio-vasculaires et du SNC) devrait être progressivement transférée à Aranda (Espagne), Mississaugh (Canada) et Zebulon (USA).