Innothéra persiste à produire en France

Le 18 Octobre 2013
Imprimer

La pharma familiale française Innothéra (165 M€ de CA, 1 000 salariés dont 700 en France), qui fêtait son centenaire à l’occasion de l’inauguration de sa nouvelle unité de conditionnement de Chouzy-sur-Cisse, près de Blois (41), prépare déjà de nouveaux projets capacitaires. Le module flambant neuf de 5 100 m² (8 M€ d’investissement), qui hébergera in fine 11 lignes de conditionnement transférées d’un atelier qui n'était plus conforme aux normes BPF, comprend encore 1 000 m² de surface non exploitée ; celle-ci peut idéalement « accueillir 4 lignes supplémentaires », nous indique Bruno Bidault, le directeur des usines de Chouzy et de Celbridge (Irlande) ; il précise qu’en fonction de la montée en puissance de la charge, des programmes d’investissement pourraient être engagés en 2015 ou en 2016.
Notons que l’usine de Chouzy-sur-Cisse (250 salariés, 115 M€ de CA dont 93 % à l’export), spécialisée dans les formes sèches et liquides, a accru de 50 % ses capacités depuis dix ans. Dédiée aux moyennes séries, elle conditionne chaque année 35 millions de boîtes qui sont expédiées dans une centaine de pays, notamment en Russie et en Afrique du Nord. « Pour beaucoup de pays émergents qui constituent notre destination commerciale favorite, le Made in France dans le domaine de la pharma est très recherché », soutient Arnaud Gobet, le président d’Innothéra (ci-contre).