Inventiva préserve l’activité de la recherche dijonnaise d’Abbott

Le 30 Août 2012
Imprimer
Les activités de la société Inventiva, née de la reprise par deux cadres dirigeants, Frédéric Cren et Pierre Broqua, de la plate-forme de recherche d’Abbott (ex-Solvay et ex-Fournier) de Daix, près de Dijon (21), ont très officiellement débuté en début de semaine. Les deux repreneurs, qui proposaient de relancer le site avec une centaine de salariés, ont finalement réussi à convaincre 76 chercheurs et techniciens à signer un contrat de travail avec leur nouvelle structure. « Notre modèle d’affaires est simple, explique Frédéric Cren. Nous allons continuer à prendre en charge les programmes de recherche amont d’Abbott, des phases de screening jusqu’au préclinique et percevoir des paiements d’étapes ainsi que d’éventuelles redevances en cas de commercialisation. Nous conserverons, par ailleurs, la propriété intellectuelle sur des projets spécifiques qui ne correspondent plus aux priorités de notre donneur d’ordre principal ». Ainsi, Inventiva poursuivra deux programmes avec Abbott dans les maladies auto-immunes et la néphropathie diabétique ; en revanche, la laboratoire développera de manière autonome deux autres programmes dans la maladie de Parkinson et le diabète. Abbott s’est engagé à financer les coûts de fonctionnement pendant 5 ans, « ce qui nous donne de la visibilité et le temps nécessaire pour convaincre d’autres partenaires commerciaux ». Le volume d’affaires annuel anticipé est de l’ordre de 15 M€. Inventiva, qui s’appuie sur une très forte expertise dans le domaine des récepteurs nucléaires, des facteurs de transcription et de la modulation épigénétique, dispose d’une bibliothèque de 200 000 molécules.