Ipsen flambe en bourse grâce à l’Adenuric

Le 22 Février 2008
Imprimer

Ce vendredi 22 février 2008, le laboratoire Ipsen, n°4 français, a connu une journée faste en bourse (Eurolist – Compartiment A) avec une hausse en clôture de 5,20 %, à 41,10 €. Cette flambée est d’autant plus remarquable que le flottant du laboratoire français n’est que de 26 %, un seul actionnaire, la holding Mayroy de la famille Beaufour, détenant 74 % du capital. Le marché a accueilli avec enthousiasme la recommandation par le comité des médicaments humains de l’Agence européenne du médicament (EMEA) de mise sur le marché de l’Adenuric (febuxostat), un traitement de l’hyperuricémie chronique chez les patients souffrant de goutte. L'AMM devrait être donnée au printemps et le traitement licencié en Europe du Nord, en Allemagne et au Royaume-Uni avant la fin de l'année. L'introduction en France, où Ipsen commercialisera en direct, n'interviendrait pas avant 2009. Du coup, le broker Bear Stearns relève son objectif de cours de 45 à 50 €. Ipsen présentera mercredi 27 février ses résultats 2007. Il confirmera un CA à 920,5 M€, à + 6,8 %, avec une croissance des ventes en volume de 9,1 %, mais de + 11,2 % pour la médecine de spécialité. Sans surprise, deux domaines thérapeutiques, l’endocrinologie et les désordres neuromusculaires, ont tiré la croissance et permis de compenser le ralentissement des ventes de Tanakan et de Ginkor, dû aux baisses de prix des deux dernières années. Le consensus des analystes établissait un résultat 2007 aux alentours de 147 M€, soit une légère progression par rapport à 2006 (144 M€).