Ipsen se muscle dans l’oncologie

Le 10 Janvier 2017
Imprimer

La middle pharma française Ipsen vient de signer le plus important rachat de son histoire. Après avoir empoché en mars dernier pour 300 M$ le cabozantinib, indiqué dans le cancer du rein, elle s’empare aujourd’hui de l’Onivyde (irinotécan injection liposomale), un traitement du cancer du pancréas métastatique.
Cette acquisition est réalisée auprès de l’américain Merrimack Pharmaceuticals, de Cambridge (Massachusetts), qui lui cède le médicament moyennant un premier versement de 575 M$. Selon les termes de l'accord, Ipsen assurera le développement et la commercialisation de ce produit aux États-Unis et recevra également des royalties de l’irlandais Shire qui commercialise l’Onivyde sur le marché européen. Le traitement, lancé en octobre 2015, réalise un CA annuel de 60 M$ dans son indication actuelle (cancer du pancréas en seconde ligne). Il fait également l’objet d’une étude de phase II dans le cancer du pancréas en première ligne, et de phase II/III dans le cancer du poumon. Mais la biopharm de Cambridge a dû se séparer à l’automne dernier de près du quart de ses effectifs (426 personnes avant la restructuration) en raison de ventes jugées décevantes ; par la même occasion, son président et CEO Robert Mulroy, en poste depuis 1999, a été remercié.
Le deal prévoit aussi la reprise de l’unité de production de l’Onivyde, qui emploie une centaine de salariés.