Ipsen se renforce dans les toxines botuliques

Le 15 Juillet 2013
Imprimer

Le laboratoire français Ipsen, présidé par Marc de Garidel (ci-contre), vient de signer deux accords de collaboration pour l’utilisation des toxines botuliques dans des indications neurologiques. Il vient tout d'abord d'acquérir, pour 28 M€ de paiement initial – et 130 M€, voire plus, de paiements d'étapes conditionnés aux résultats –, la biopharm britannique Syntaxin, spécialisée dans l’ingénierie des toxines botuliques, ce qui lui permet de mettre la main sur un portefeuille de plus de 130 brevets en cours d’examen et 75 délivrés. Les deux sociétés collaboraient depuis 2010 et Ipsen détenait déjà quelque 10 % de son capital.
Parallèlement, la 3e pharma française (plus de 1,2 Md€ de CA en 2012), a signé un accord de collaboration avec la Harvard Medical School afin de développer de nouvelles toxines botuliques recombinantes destinées au traitement de maladies neurologiques graves.