Ipsen va supprimer 100 postes en France

Le 28 Août 2012
Imprimer
Marc de Garidel, le pdg de la middle pharma Ipsen vient d’annoncer la suppression d’une centaine de postes en France, où le groupe emploie aujourd’hui environ 2 000 collaborateurs. Il s’agira exclusivement de postes de visiteurs médicaux affectés à la promotion des produits de médecine générale, cette activité ayant subi une baisse de 22 % sur le marché français, suite notamment au déremboursement du veinotonique Tanakan. 
Cette contre-performance ne modifie pas l’annonce-surprise du 11 juillet dernier sur le maintien dans le périmètre du groupe de l’usine de Dreux (28) qui tire profit de la bonne croissance des produits… de médecine générale à l’international. Ainsi, selon Marc de Garidel, « la croissance des ventes en Russie a quasiment rattrapé les pertes de CA enregistrées sur le marché français ». Pour autant, l’usine drouaise devra impérativement « intégrer des volumes supplémentaires », prévient Marc de Garidel qui n’exclut pas de positionner cette plate-forme sur le marché du façonnage. 
Le président d’Ipsen a également annoncé que les discussions visant à créer une filiale commune avec un spécialiste de l’OTC « avaient échoué au cours du mois d’août », et ce en dépit de la signature d’une lettre d’intention. La centaine de suppressions de postes annoncée constitue naturellement l'une des conséquences de cet échec.