Jean-Marc Huet conduira-t-il la vente de Bristol-Myers Squibb (BMS) ?

Le 06 Mars 2008
Imprimer

Chaque battement d’aile de papillon fait surgir une nouvelle rumeur de fusion entre groupes pharmaceutiques. La dernière en date suit de peu la nomination d’un nouveau chief financial officer (CFO) – ou directeur financier - chez Bristol-Myers Squibb en la personne de Jean-Marc Huët, qui succèdera le 31 mars à Andrew Bonfield. Ce cadre expérimenté, passé par la banque d’affaires Goldman Sachs, exerçait des fonctions identiques chez Royal Numico au moment de la cession, annoncée l’été dernier, du fabricant néerlandais d’aliments pour bébé à Danone. L’affaire à peine dévoilée, le CEO de Numico, Jan Bennink - qui avait quitté Danone en 2002 pour redresser Royal Numico, avant de le revendre en 2007... à Danone - annonçait son propre départ chez Unilever et celui de son bras droit et CFO Jean-Marc Huët, sans préciser pour autant la destination de celui-ci.
Il y a tout juste un an, la presse financière croyait savoir que BMS avait désigné trois banques-conseil, Lehman Brothers, Citigroup et Morgan Stanley, pour examiner des offres d’achat du laboratoire américain, notamment en provenance de Sanofi-Aventis. Depuis, le soufflé était un peu retombé, quelques rumeurs faisant néanmoins état d’un intérêt de Pfizer, de Merck & Co. ou de Schering-Plough pour la firme de New-York, qui a affiché un CA de 19,3 Mds$ en 2007 (environ 13 Mds€). La vente récente de la division imagerie médicale, qui devrait être suivie de celle de la branche nutrition Mead Johnson, accrédite la thèse d’une cession prochaine de BMS. Jean-Marc Huet en sera-t-il le grand ordonnateur ?