La fermeture d’Organon, à Eragny-sur-Epte, contestée par les syndicats

Le 16 Avril 2012
Imprimer

Les syndicats de l’usine Organon d’Eragny-sur-Epte (60) dont la fermeture a été annoncée en décembre dernier (cf. notre post du 19/12/2011), contestent la validité de la mesure prise par Merck. La décision « n’est motivée par aucun motif économique sérieux », nous indique ainsi un délégué syndical qui confirme que le comité d’entreprise – dans l’attente des résultats d’un audit qu’il a lui-même commandé – n’a pas rendu d’avis sur le projet présenté par la direction. Ces manœuvres vont vraisemblablement avoir pour conséquence de retarder l’envoi des lettres de licenciement, prévu initialement pour la fin avril.
Les dirigeants d’Organon ont annoncé leur intention de fermer l’activité injectables (30 millions d’unités par an) qui emploie 227 salariés. Quant à la fabrication d’insuline, affectée par la dénonciation d’un important contrat de sous-traitance qui la liait à B.Braun Medical, elle devrait perdre une vingtaine de postes ; elle emploie aujourd’hui 74 collaborateurs. Rappelons que l’unité Organon d’Eragny, entrée dans le giron de Merck depuis le rachat de Schering-Plough, avait fait l’objet d’une proposition de reprise par le groupe B.Braun ; le brusque revirement de l’acquéreur avait précipité la décision de fermeture.