La fin du rimonabant

Le 24 Octobre 2008
Imprimer

Sanofi-Aventis fondait sur lui les plus grands espoirs et le présentait comme un futur blockbuster. Il restera comme l’un de ses plus sévères échecs. Suite à la décision de l’Agence européenne du médicament (EMEA) – qui fait elle-même suite au niet ferme de la FDA l’an passé –, Sanofi-Aventis a décidé d’interrompre « immédiatement » la commercialisation en Europe de l’Acomplia (rimonabant), la pilule anti-obésité qui a déjà coûté son fauteuil de directeur général à Gérard Le Fur.
L’EMEA vient, en effet, de considérer que les risques que faisaient courir le rimonabant aux patients étaient réels et que son efficacité à l’issue d’une période de trois mois ne correspondait pas aux données issues des études cliniques. Les experts de l’Agence indiquent que la prise d’Acomplia provoquerait « deux fois plus de troubles dépressifs, parfois sévères, que le placebo ». Pour autant, si cet échec entache la réputation du groupe français, il ne constitue pas une catastrophe économique : les analystes estiment que les ventes annuelles du traitement n’excédaient pas les 300 M€.