Le Leem fait cause commune avec les façonniers - Actulabo

Le Leem fait cause commune avec les façonniers

Le 14 Mai 2008
Imprimer

Haro sur les génériques ! Pour Christian Lajoux, le président du Leem, la cause est entendue. Le déclin historique des effectifs de l’industrie pharmaceutique française, que nous prédit une récente étude d’Arthur D. Little (- 30 % d’ici à 2015, à en croire le plus sombre des scénarios), s’explique essentiellement par le développement des copies des médicaments princeps dont une bonne part n’est plus produite en France. « Plus de 70 % des volumes sont fabriqués hors de nos frontières, principalement en Europe centrale et orientale » regrette Christian Lajoux. Pas de temps à perdre : il est urgent que la réglementation sur la propriété intellectuelle évolue « pour qu’enfin, les génériqueurs et leurs sous-traitants puissent produire et stocker en France avant la date de tombée dans le domaine public... ce que leur interdit aujourd’hui la législation ». La capacité de pouvoir déposer les génériques en pharmacie le lendemain de leur autorisation de mise sur le marché (AMM) est, en effet, l’une des conditions de leur succès et « elle permettrait de rendre plus attractif le made in France » poursuit Christian Lajoux.

Le problème soulevé par le président du Leem est bien connu. Sébastien Aguettant, le président du Spis (Syndicat professionnel des industriels sous-traitants de la santé), en a d’ailleurs fait son cheval de bataille, comme il l’annonçait lui-même sur ce blog (cf. notre podcast du 17 mars). L’alignement du Leem sur les positions défendues par le Spis est, sans aucun doute, le fruit des contacts discrets entretenus ces dernières semaines entre Christian Lajoux et Sébastien Aguettant. Serait-il le préalable à un rapprochement de ces deux organisations qui, il faut bien l’avouer, avaient plutôt tendance à se regarder jusqu’à présent en chiens de faïence?