Les pharmas conviées à financer la recherche clinique de l’Institut Gustave Roussy - Actulabo

Les pharmas conviées à financer la recherche clinique de l’Institut Gustave Roussy

Le 30 Octobre 2008
Imprimer

L’état calamiteux des finances de l’Institut Gustave Roussy (IGR) à Villejuif (94), le premier pôle européen de recherche contre le cancer (2 000 salariés dont 600 chercheurs, 12 000 nouveaux patients par an) contraint la direction à réagir. Cette dernière vient ainsi de mettre en œuvre un plan de « retour à l’équilibre » qui prévoit, d’ici à 2011, la suppression de 140 postes et la création concomitante de 50 postes d’infirmières et d’aides soignantes.
« Tous les postes seront touchés, à l’exclusion des postes de soins directs » indique la direction qui prévient que la direction de la recherche clinique et translationnelle (DRCT), une unité de 50 collaborateurs chargée du pilotage des essais cliniques, sera aussi affectée par la restructuration. Ainsi, près de 20 % des postes de la DRCT, financés aujourd’hui sur différents budgets publics, « devront à terme trouver des ressources propres, émanant soit des grands appels d’offres européens, soit des big pharmas qui ont compris l’intérêt des travaux académiques menés par l’IGR ». Les grands laboratoires pharmaceutiques contribuent déjà à hauteur de plus de 1 M€ à ces programmes. Mais il leur faudra effectuer un effort bien plus important puisque, dans le même temps, la direction de l’IGR souhaite porter la proportion de patients enrôlés dans des essais cliniques de 13 à 18 %... contre 1,3 % pour un plateau hospitalier « classique ».