Les pharmas des PECO en pleine effervescence

Le 02 Juin 2008
Imprimer

Ça continue de bouger dans les PECO (Pays d’Europe Centrale et Orientale) où les laboratoires locaux suscitent les appétits des big et middle pharmas occidentales. Ces derniers jours, on a appris pêle-mêle que PPF, un groupe financier dirigé par un homme d'affaires tchèque, s'était associé à l'assureur Generali pour contrarier les ambitions tchèques de Sanofi-Aventis en lançant une OPA sur leur filiale commune Zentiva (660 M€ de CA, détenu à 24,9 % par Sanofi et à 19,1 % par PPF), que le gouvernement hongrois se décidait à lâcher les derniers 25 % détenus dans Gedeon Richter (environ 1,5 Md€ de CA pro-forma depuis le rachat, cet automne, du russe Akrihin et du polonais Polpharma), tandis qu’un autre polonais, Polfa Warszawa (90 M€ de CA), préparait sa privatisation.
Dernier événement en date, l’officialisation aujourd’hui même du rachat par Mylan du dernier pan des génériques de Merck KGaA, justement celui des PECO (Pologne, Hongrie, République Tchèque, Slovaquie et Slovénie). C’est Didier Barret, président France et EMEA de Mylan (voir notre post du 1er avril et notre podcast du 4 avril) qui dirigera les opérations de l’américain en Europe centrale.
Les laboratoires pharmaceutiques des PECO veulent aussi conquérir des marchés à l'Ouest. Le polonais Adamed (110 M€ de CA) vient de créer une filiale espagnole et compte y investir 35 M€ dans les trois ans. On dit même qu'un façonnier et fabricant d'API russe chercherait à acquérir une unité industrielle de taille moyenne en France (environ 50 à 60 emplois à terme). A suivre dans les jours à venir...