Les politiques au chevet de l’ex-usine corrézienne de BMS

Le 22 Septembre 2015
Imprimer

Qui pourra sauver l’ex-usine Bristol-Myers Squibb (BMS) de Meymac (19), cédée en 2010 au génériqueur algérien Salem qui n’a pas réussi dans sa tentative de relancer l’activité ? L’usine de formes sèches, qui emploie 37 salariés, doit être placée aujourd’hui en liquidation judiciaire par le tribunal de commerce de Brive. Et c’est peu dire que les politiques s’emploient à sauver ce site de 13 000 m² en parfait état. 
L’ex-député européen (LR) Jean-Pierre Audy, ancien conseiller général de Meymac, multiplie ainsi les contacts et tente de trouver un repreneur dans des délais très courts, l’idée étant d’éviter le démantèlement des équipements industriels qui empêcherait la poursuite de l’activité. Lors d’une visite dans son fief corrézien ces derniers jours, François Hollande, lui-même, a reçu les supplications des élus locaux ; le président de la République devait intervenir personnellement auprès de Patrick Errard, président du Leem, pour identifier un repreneur possible. La course contre la montre a commencé.