Minafin reprendrait la chimie d’AstraZeneca à Dunkerque

Le 06 Février 2009
Imprimer

La direction d’AstraZeneca et celle du groupe Minafin, un spécialiste de la chimie pharmaceutique, auraient signé le 26 janvier dernier une lettre d’engagement en vue de la reprise par le second de l’activité chimique que le premier exploite à Dunkerque. La big pharma anglo-suédoise avait dévoilé cet automne son projet de cession de l’unité de chimie dunkerquoise (lire notre post du 10 octobre 2008) qui emploie 220 personnes ; au total, ce site également dédié à la production de médicaments compte 650 salariés. Minafin, du nom d’une holding luxembourgeoise, est déjà implantée à Beuvry-la-Forêt (59), une commune située à une centaine de kilomètres de Dunkerque où elle exploite l’usine Minakem (environ 260 salariés), spécialisée dans la production de principes actifs pharmaceutiques et d’intermédiaires de synthèse. Il faut noter, à ce propos, qu’une association de riverains de Beuvry-la-Forêt a fait capoter en juin dernier le projet d’extension du site Minakem, obligeant le groupe à envisager ce développement dans son usine Chemtec de Leuna, commune proche de Leipzig (Allemagne).
Le directeur du site dunkerquois se félicite de ce projet qui, « s’il aboutit, permettra de pérenniser les emplois et d’accueillir un groupe dont la chimie est le cœur de métier et qui a un vrai projet industriel ». Cette annonce intervient alors que court toujours le plan de sauvegarde de l’emploi d’AstraZeneca à Dunkerque, qui vise la suppression de 95 postes d’ici à la fin 2010.