MSD veut céder son usine de St-Germain-Laprade

Le 25 Septembre 2013
Imprimer

L’américain Merck & Co. (MSD pour Merck Sharp & Dohme-Chibret en France) relance la restructuration de ses actifs industriels français. La direction vient d'annoncer au personnel de ses deux usines de Riom (63) et de St-Germain-Laprade, près du Puy-en-Velay (43), son intention de céder l’usine de Haute-Loire ; cette dernière est installée depuis 1985 sur le site de La Vallée (ci-contre).
Dans un premier temps, le projet présenté aux représentants du personnel prévoit de ramener les effectifs de 175 à 140 salariés d’ici à la fin de l'année, par le biais d'un plan de départs volontaires, avant d’envisager une externalisation complète des capacités. L’usine, qui a fait l’objet de 20 M€ d’investissement depuis quatre ans, serait touchée de plein fouet par la baisse des volumes du Losartan, un antihypertenseur qu’elle fabrique et qui est tombé dans le domaine public.
L’usine de Riom-Mirabel, de loin la plus importante (664 salariés), ne sera pas épargnée par la restructuration puisqu’un plan de départs volontaires de 80 salariés va aussi être engagé.