NextPharma pourrait supprimer 320 emplois en Belgique

Le 16 Novembre 2011
Imprimer

Coup de tonnerre dans le ciel européen du façonnage pharmaceutique. La filiale belge du sous-traitant NextPharma (environ 1 300 salariés dans le monde, 160 M€ de CA) devrait très prochainement faire l’objet d’une procédure de redressement judiciaire susceptible d’entraîner la fermeture de l’usine de Braine-l’Alleud en Belgique, une unité Thissen entrée dans le giron du façonnier européen en 2001 et qui emploie aujourd’hui 320 salariés. Le site, positionné sur les produits stériles – et devenu la plate-forme de développement du groupe pour cette forme galénique –, avait fait l’objet en début d’année 2011 d’un important investissement affecté au déploiement d’une ligne de seringues pré-remplies (produits cytotoxiques et non-cytotoxiques) (cf. notre post du 28 janvier 2011).
 Selon la direction de NextPharma, le dépôt de bilan qui pourrait intervenir le lundi 21 novembre « est la conséquence d’un recul des ventes de 30 % » qui devrait « générer sur l’exercice 2011 une perte de 5 M€ ». Les salariés ont très vivement réagi à la nouvelle : à l’heure où nous écrivons ces lignes, une partie d’entre eux séquestrait la direction de l’usine afin d’obtenir le financement par la maison-mère d’un plan social. Rappelons que NextPharma, qui exploite sept usines dans le monde – l’une d’entre elles se trouve à Limay (78) – a été racheté en début d’année 2011 par le fonds d’investissement américain Sun Capital Partners.