Pfizer à Amboise : des investissements au conditionnel

Le 21 Février 2008
Imprimer

Dans le meilleur des cas – et si les AMM sont obtenues – Pfizer ne fabriquera pas à Amboise les lots commerciaux de ses nouveaux inhalateurs pour affections respiratoires avant 2013. Marie-Gabrielle Laborde-Rayna, directrice du site de production tourangeau, a reconnu dans la presse locale que le fameux projet connu sous le nom de code CRC 749 a encore beaucoup de chemin à parcourir avant d’être proposé aux patients et d’entraîner le mirifique investissement de 100 M€ et les 440 emplois annoncés la semaine dernière, lors du déplacement en Touraine de deux ministres, Christine Lagarde et Hervé Novelli. La première étape - la seule certaine, qui suscitera la création de 37 emplois - consistera à fabriquer des lots cliniques dans un atelier de 600 m2 dont les travaux commenceront aux beaux jours pour s’achever au printemps 2009. Il faudra ensuite mettre au point l’industrialisation du produit – un inhalateur dont « la technologie n’existe pas chez Pfizer », précise la directrice industrielle – et obtenir tous les agréments et autorisations habituels.
En attendant que soient levées toutes ces incertitudes, l’usine de Pocé-sur-Cisse, commune qui jouxte Amboise, sera confrontée en 2011 à la tombée dans le domaine public du Viagra. Le site fabriquerait près de 80 % des volumes mondiaux de la célèbre pilule contre les dysfonctionnements érectiles, assurant 20 % de la charge de cette usine de 650 personnes. Autre chute prochaine, celle de l’antihypertenseur Amlor (amlodipine), qui assure lui aussi une part non négligeable de la charge.