Pfizer Amboise à bout de souffle ?

Le 10 Novembre 2011
Imprimer

Les nuages s’amoncellent au-dessus de l’usine Pfizer de Pocé-sur-Cisse, près d’Amboise (37), une unité de production qui emploie aujourd’hui 530 salariés en CDI. Luc Van Hijfte, le nouveau directeur du site – depuis le 1er mai 2011 – a indiqué hier lors d’un comité d’entreprise extraordinaire que le groupe venait de céder au génériqueur américain Mylan les droits sur un programme de recherche et de manufacturing d’un nouvel inhalateur dédié aux allergies respiratoires, qui devait être produit à Pocé-sur-Cisse.
En février 2008, la direction avait en effet annoncé aux côtés de deux ministres (cf. notre post du 21 février 2008) le lancement de ce projet (CRC 749) engagé pour pérenniser une unité fragilisée par la fermeture de sa plate-forme de recherche et la tombée dans le domaine public du Viagra, l’un des produits vedettes du site. A ce jour, 34 salariés sont affectés à un programme (100 M€ d’investissements) qui sera intégralement transféré en début d’année 2012 sur un site Mylan dont la localisation n’a pas été rendue publique. 
Un tel renoncement suscite naturellement beaucoup d’inquiétude chez les représentants du personnel qui observent que l’usine pâtira aussi en 2013 de l’abandon d’une partie de l’activité injectables. Celle-ci emploie à ce jour une centaine de salariés. Du côté de la direction, on indique sobrement « qu’un projet de réorganisation destiné à maintenir globalement l’activité va être mis à l’étude ». Par ailleurs, « aucun licenciement contraint ne sera imposé aux salariés concernés par l’arrêt du développement de l’inhalateur ». Enfin, le transfert programmé de la fabrication du Triflucan, un antifongique par voie injectable, « sera reporté ».