Pfizer ferme le tiers de ses sites de R&D dans le monde

Le 11 Novembre 2009
Imprimer

Nouvelle cure d’amaigrissement chez Pfizer, conséquence logique du rachat de Wyeth. Le n°1 mondial a annoncé qu’il allait fermer le tiers de ses 20 sites de R&D dans le monde et réduire les effectifs de 3 autres. Parmi les sites condamnés figurent celui de Wyeth à Princeton (New Jersey), qui emploie 450 personnes, ainsi que trois laboratoires dans l’Etat de New-York, deux en Caroline du Nord et celui de Taplow, au Royaume-Uni. 
S’il ne ferme pas, le site de R&D de Chesterfield, dans l'agglomération de St-Louis (Missouri), paie un lourd tribut à cette nouvelle opération de restructuration : Pfizer va le vendre pour 435 M$ à Monsanto et supprimer, d’ici à 2011, 600 de ses 1 000 emplois. Le groupe new-yorkais louera des bâtiments pour abriter les 400 derniers salariés qui se consacreront aux biotechnologies. La partie de recherche dédiée aux maladies inflammatoires sera transférée à Cambridge, près de Boston. Pfizer avait pourtant inauguré au mois d'avril dernier une unité de 30 000 m2 sur cet ancien site de Pharmacia & Upjohn.
Le centre de Wyeth à Collegeville (Pennsylvanie) va perdre des emplois, ainsi que celui de Pearl River, au nord de New-York. Pfizer, qui compte supprimer au total 19 000 postes, toutes activités confondues, fera néanmoins de ce dernier l’un de ses 5 centres de R&D majeurs, avec Cambridge (Massachusets), Groton (Connecticut), La Jolla (Californie) et Sandwich (Royaume-Uni).