Pierre Fabre supprime 550 postes dans sa branche médicament

Le 09 Décembre 2014
Imprimer

Les dirigeants de Pierre Fabre (2 Md€ de CA en 2013, dont plus de la moitié réalisée par la branche dermo-cosmétique) viennent d’indiquer au comité central d’entreprise leur intention d’engager un plan social qui va se traduire par la suppression d’environ 550 postes en France. Annoncées dans le cadre de la feuille de route stratégique Trajectoire 2018, ces suppressions de postes toucheront les activités R&D de la branche médicament, jugées « insuffisamment productives » : le nombre de postes passerait ainsi de 948 à 653 d’ici à 2016, soit une perte de 295, ramenée à 272 si l’on tient compte des vacances et de certaines créations de postes. D’un point de vue géographique, les plateformes de recherche du groupe resteraient concentrées en Midi-Pyrénées (Toulouse, Castres, Gaillac) et en Haute-Savoie (Saint-Julien-en-Genevois). 
Dans le même temps, les dirigeants de Pierre Fabre ont annoncé la réduction des effectifs affectés à la commercialisation, au support et à la promotion des médicaments, après une baisse d'activité « de 100 M€ en France depuis 2009 ». Cet ajustement va se traduire par la suppression, toujours d’ici à 2016, de 279 des 928 postes affectés à la promotion des ventes. Les dirigeants entendent réduire au minimum les départs contraints en privilégiant la mobilité interne et externe ainsi que les reconversions professionnelles. Toujours fidèle à son étendard régional, la direction du groupe castrais souhaite « préserver le niveau global des effectifs dans le Tarn ».