Roche et Genentech s’offrent Seragon Pharma

Le 02 Juillet 2014
Imprimer

Roche mène une offensive tous azimuts pour développer des traitements du cancer du sein de nouvelle génération. Il vient ainsi d’annoncer l’acquisition de la biotech californienne Seragon Pharmaceuticals, un spécialiste des cancers du sein hormono-dépendants, la forme la plus répandue de la pathologie (environ 80 % des cas). C’est Genentech, la filiale américaine du laboratoire bâlois, qui conduira cette opération dont le coût pourrait dépasser 1,7 Md$ (725 M$ en cash et jusqu’à 1 Md$ en fonction de la réalisation des objectifs). Issue d’Aragon, une biotech rachetée l’an passé par J&J, Seragon Pharmaceuticals, basée à San Diego, a mis au point une classe d’anti-œstrogènes à double action (SERD pour Selective Estrogen Receptor Degradation), qui non seulement agissent sur les récepteurs hormonaux des cellules et accélèrent leur dégradation mais induisent aussi des modifications conformationnelles résultant de cette dégradation. Son traitement le plus abouti, ERN-810, est en phase I d’essais cliniques pour le traitement du cancer du sein métastasique. Dans un autre registre, Roche s’engage dans un partenariat en France avec Unicancer pour permettre la constitution d’une base de données relatives à la maladie et au traitement de 20 000 patientes atteintes de cancer du sein métastasique et prises en charge dans les 20 centres de lutte contre le cancer (CLCC) entre 2008 et 2013. Baptisé ESME, ce programme vise à évaluer l’impact des diverses stratégies thérapeutiques.