Rumeurs de rachat autour du russe Verofarm

Le 02 Mars 2009
Imprimer

Selon plusieurs sources locales, des fonds d’investissement russes et d’autres PECO, associés au fonds autrichien Invest AG (banque Raiffeisen) et au génériqueur allemand Stada Arzneimittel, seraient sur le point d’acquérir un bloc de contrôle (51,8 %) du russe Verofarm auprès de la chaîne de pharmacie 36.6., qui compte près de 1 200 points de ventes sur le territoire russe. Selon ces mêmes sources, le deal serait conclu avant la fin du mois de mars pour un montant compris « entre 210 et 230 M$ ». D’autres sources doutent de la véracité de l’information et considèrent que les propriétaires actuels cherchent à faire grimper le cours de bourse. Autre indice : au prix retenu pour la moitié du capital, la valorisation de l’entreprise serait quatre fois supérieure à la capitalisation boursière du moment (118 M$). Même si les analystes s’accordent à reconnaître que l’action Verofarm vaut beaucoup plus que ses 12 $, la prime semble élevée.
Verofarm (171,6 M$ de CA en 2008) est un laboratoire de médicaments génériques qui possède trois usines, dont l’une à Pokrov, à une centaine de kilomètres à l’est de Moscou, spécialisée dans les formes injectables et lyophilisées pour l’oncologie, et deux autres à Belgorod (formes sèches et liquides) et Voronezh (pansements), villes méridionales proches de l’Ukraine ; il possède des filiales de commercialisation en Russie, Ukraine et Chypre et exporte une part de sa production en Europe centrale et orientale (Serbie, Etats baltes…).