Sanofi, Innothera et les pharmas françaises à l’heure de l’Algérie - Actulabo

Sanofi, Innothera et les pharmas françaises à l’heure de l’Algérie

Le 19 Décembre 2012
Imprimer
En visite aujourd'hui en Algérie au côté d’une délégation de chefs d’entreprise, François Hollande n’a pas omis d’inviter d’éminents représentants de l’industrie pharmaceutique française. Ainsi, Arnaud Gobet, président du laboratoire Innothera – également président du pôle de compétitivité francilien Medicen – était du voyage et devait confirmer lors des rencontres avec les officiels algériens son intention de construire dans leur pays une unité de production d’environ 3 000 m². A l’heure où nous écrivons ces lignes, nous n’étions pas en mesure de définir la nature exacte et la localisation de cet investissement. Rappelons que le laboratoire familial Innothera (environ 125 M€ de CA) est spécialisé dans le traitement des pathologies quotidiennes (gynécologie, maladies veineuses, carence vitamino-calciques, ORL) ainsi que dans la fabrication de bas et de collants de compression veineuse.
La délégation française comptait également des représentants de Sanofi, désireux de signer un partenariat commercial et industriel avec un opérateur local (Saïdal). Le projet devrait se concrétiser par la construction, dans le cadre d'une JV, d'une usine de formes sèches et liquides. Le site sera doté d'une capacité annuelle de 100 millions de boîtes. Dans cette perspective, les autorités françaises et les dirigeants de Sanofi auront à cœur d’apaiser les tensions nées en juin dernier de la condamnation en Algérie de la big pharma française pour "surfacturation". La conclusion défavorable de cette procédure judiciaire avait conduit Sanofi à se séparer de Thierry Lefebvre, le directeur général de la filiale algérienne du groupe, et à le remplacer par Pierre Labbé.