Sanofi-Aventis aurait un repreneur pour ses sites R&D de Porcheville et d’Alnwick

Le 23 Mars 2010
Imprimer

Chris Viehbacher a reçu lundi les représentants du personnel du site de R&D de Porcheville (78). Il les a écoutés, longuement – environ 2 heures –, exposer leur projet alternatif de reprise par les salariés d’un site qui conjugue des activités de toxicologie, de développement chimique et d’analyse. Mais à l’issue de l’entretien, le CEO du leader français de l’industrie pharmaceutique leur a indiqué qu’il privilégiait une cession. Sanofi-Aventis aurait même sélectionné un candidat, avec lequel il pourrait entrer prochainement en négociation exclusive pour la vente du site de Porcheville, qui compte aujourd’hui 160 salariés en CDI (et environ 50 salariés des prestataires de services support). Dans le lot, le repreneur récupérerait peut-être aussi le site d’Alnwick, dans le nord de l’Angleterre, qui emploie à peu près le même nombre de personnes à des études de toxicité des médicaments : Sanofi avait annoncé la vente de ce site également durant l’été 2009.
Chris Viehbacher n’a naturellement pas lâché le nom de ce candidat, mais les salariés ont leur petite idée : il pourrait s’agir de la CRO américaine Covance, qui emploie près de 10 000 salariés et affiche un CA de 1,73 Md$ (chiffres 2008) en couvrant l’ensemble de la chaîne de développement du médicament, des essais pré-cliniques à la pharmaco-vigilance. Covance, qui poursuit sa croissance en Europe, a racheté il y a tout juste un an la petite CRO Swiss Pharma Contract, qui possède une unité de recherche clinique d’une cinquantaine de lits à Bâle.