Sanofi-Aventis et Merck font niche à part

Le 22 Mars 2011
Imprimer

Adieu veau, vache, cochon, couvée ! Invoquant « la complexité croissante de la transaction », Sanofi-Aventis et le groupe américain Merck & Co viennent de concert d’annoncer « la fin de leur accord rendu public en juillet 2009 visant à créer une co-entreprise dans le domaine de la santé animale ». Cette dernière aurait ainsi été composée de Merial (2,6 Md$ de CA en 2010), contrôlé par le groupe français et d’Intervet Schering Plough Animal Health, l’activité santé animale (2,9 Md$ de CA en 2010) du groupe Merck. L’entité aurait représenté, selon les analystes, près du tiers du marché mondial estimé à 19 Md$. Particularité historique de ce deal avorté, Sanofi-Aventis avait, au préalable, racheté pour 4 Md$ la participation (50 %) que Merck & Co détenait au capital… de Merial.
Dans un communiqué commun, les deux ex-partenaires estiment que « la nature et la taille des cessions » qui risquaient d’être imposées par les autorités de la concurrence européennes et américaines ainsi que la durée requise par l’examen des différents actifs « n’ont pas permis de mener à bien cette opération ».  L’accord devrait se dénouer sans pénalités pour l’une ou l’autre des parties.