Sanofi-Aventis supprime 1 000 postes dans la chimie - Actulabo

Sanofi-Aventis supprime 1 000 postes dans la chimie

Le 31 Mars 2010
Imprimer

La big pharma française Sanofi-Aventis accélère sa mutation vers les biotechnologies. La direction du groupe vient ainsi d’annoncer aux représentants du personnel qu’elle allait supprimer d’ici à la fin 2013 entre 900 et 1 000 emplois dans ses activités de production chimique. Ce programme va se traduire, affirment les syndicats, par la fermeture de l’usine de Romainville (93) et l’arrêt de l’activité du module chimie de Neuville-sur-Saône (69), deux unités employant respectivement 220 et 800 salariés ; la première fabrique notamment la vitamine B12 et divers API, la seconde est spécialisée dans la fabrication de corticostéroïdes et du principe actif du Ketek, un antibiotique dont les volumes accusent une forte chute.
Dans le même temps, la direction du groupe, qui investit 350 M€ à Neuville-sur-Saône, un site en pleine reconversion appelé à devenir le troisième pôle européen du groupe dans le domaine des vaccins, annonce l’arrivée de nouveaux projets dans cette dernière activité et la mise en œuvre d’un plan de formation aux biotechnologies de 700 collaborateurs. Par ailleurs, 150 M€ devraient engagés sur l’ensemble des sites industriels, dont 90 M€ dans la mise en place d’un procédé de biosynthèse – devant se substituer à un process exploité à Romainville – qui sera déployé sur les usines de St-Aubin-lès-Elbeuf (27), spécialisée dans la fermentation et l’extraction de principes actifs, et de Vertolaye (63). Ces nouvelles activités devraient « créer localement des emplois », indique la direction sans pour autant donner de chiffres précis.
Pour les syndicats, « le compte n’y est pas ». Ils jugent en effet que la création de 300 postes chez Sanofi-Pasteur, annoncée l’an passé à Neuville-sur-Saône, ne parviendra pas à enrayer, à terme, la suppression des effectifs dans la chimie.