Sanofi cède des actifs non stratégiques

Le 11 Juillet 2011
Imprimer

Désireux de focaliser ses ressources sur les fameuses « plates-formes de croissance », la big pharma française vient d’annoncer la cession de son activité en dermatologie Dermik au canadien Valeant dans le cadre d’une transaction de 425 M$. Le périmètre de la cession inclut les produits thérapeutiques et esthétiques de Dermik au Canada et aux Etats-Unis ainsi que de l’unité de production de Laval, au Québec. Dermik, qui a réalisé un CA de 296 M$ (211 M€) en 2010, compte 340 salariés, dont 140 aux Etats-Unis et le reste à Laval.
La même journée, la direction de Sanofi a annoncé les premiers résultats positifs d’une étude de phase III sur l’alemtuzumab (Lemtrada), un produit potentiellement indiqué dans le traitement de la sclérose en plaques. Selon les données fournies, le taux des poussées de la maladie serait réduit de 55 % comparé au Rebif, un interféron béta-1a développé par Merck Serono dans cette indication.