Sanofi échange Merial contre la santé grand public de Boehringer

Le 15 Décembre 2015
Imprimer

Les choses n’ont pas traîné. Quelques semaines après avoir annoncé que des « options stratégiques » sur le devenir de ses activités de santé animale étaient à l’étude, le directeur général de Sanofi Olivier Brandicourt est passé à l’action. Le groupe va échanger les actifs de Merial, sa filiale vétérinaire, contre la santé grand public de Boehringer-Ingelheim, sauf la part chinoise de ce business qui resterait dans le giron de la pharma allemande.
Compte tenu du différentiel de valorisation entre Merial (11,4 Md€) et l’activité cédée par Boehringer (6,7 Md€), ce dernier versera la différence (4,7 Md€) à Sanofi qui prendra, du coup, la première place du marché mondial de la santé grand public avec des ventes estimées pour 2015 à 5,1 Md€. Le rapprochement de Merial et des activités existantes de Boehringer-Ingelheim permettra à ce dernier de prendre la deuxième place mondiale de la santé animale avec un CA d’environ 3,8 Md€.
Les dirigeants de la pharma allemande ont indiqué qu’ils entendaient préserver les opérations commerciales, les centres de R&D et de production de Merial, essentiellement basés dans la région lyonnaise où sont employées près de 1 500 personnes. Le deal doit être finalisé au quatrième trimestre 2016 après les approbations réglementaires.