Sanofi Pasteur s'attaque à la dengue qui infecte 230 millions de personnes chaque année

Le 12 Mai 2009
Imprimer

« Nous avons 70 % de chances d’aboutir à un vaccin contre la dengue : le directeur général de Sanofi Aventis Chris Viehbacher, qui pose aujourd’hui la première pierre de l’unité de production de vaccins Sanofi Pasteur de Neuville-sur-Saône (69), a insisté sur le risque industriel que prend le groupe français. Car ce vaccin est encore soumis aux résultats de phase II d’essais cliniques, actuellement en cours, et surtout de phase III, qui impliqueront 40 000 patients. « Ce nouveau pôle de vaccins – le troisième en France de Sanofi Pasteurreprésente l’investissement le plus important jamais lancé par le laboratoire » a rappelé le directeur général de Sanofi Aventis, qui a précisé que si le projet dengue échoue, les 350 M€ engagés d’ici à 2013 sur le site neuvillois l’auront été vraisemblablement en pure perte. « On aura un beau monument » a conclu, avec humour, Chris Viehbacher.
La dengue, provoquée par 4 virus distincts et véhiculée par les moustiques, atteint, selon les dernières statistiques, 230 millions de personnes chaque année, dont 2 millions développent une fièvre hémorragique. Mais l’urbanisation croissante des pays tropicaux et le réchauffement climatique font craindre une extension de l’épidémie ; le Brésil et le sud des Etats-Unis font désormais partie des régions touchées. C’est donc à la fois à vaste problème de santé publique et à un enjeu commercial énorme – le nouveau vaccin pourrait représenter, à terme, une facturation annuelle de 1 Md€ – que s’attaque le laboratoire français.