Servier abandonne un projet dans la SEP

Le 19 Septembre 2018
Imprimer

La pharma française Servier renonce à son option de licence et à la poursuite du financement du GNbAC1, un produit qu’elle développait avec la biopharm suisse GeNeuro dans le traitement de la sclérose en plaques (SEP). Les dirigeants de Servier, qui avaient acquis en 2014 l’option de licence mondiale – à l’exception des Etats-Unis et du Japon – pour 37,5 M€, justifient ce revirement par des raisons d’orientation stratégique. Ils affirment, par ailleurs, « qu’ils continueront à apporter son soutien à GeNeuro en tant qu’actionnaire. »
Sur la base des résultats positifs à douze mois d’une étude de phase IIb, GeNeuro devrait poursuivre ses options de développement à l’échelle mondiale avec un nouveau partenaire qui n'a pas encore été identifié. La biopharm a également engagé une étude de phase IIa portant sur le GNbAC1 dans le diabète de type 1 récemment diagnostiqué. Les premiers résultats à six mois sont attendus d’ici à la fin septembre. Hier, le titre GeNeuro perdait plus de 15 % à 4,54 € suite à cette annonce.