Servier va proposer ses capacités normandes en sous-traitance

Le 11 Mars 2015
Imprimer

Les dirigeants de la seconde pharma française (4 Md€ de CA) ont confirmé aujourd'hui, lors d'une visite des sites de chimie fine de Bolbec et de Baclair (76), qu'ils entendaient proposer à des laboratoires tiers entre 10 et 20 % des capacités de ces deux usines (1 600 tonnes d’API produites chaque année) dans le cadre de contrats de sous-traitance. D'ores et déjà, des contacts très avancés auraient été pris avec des PMI francaises spécialisées dans la chimie fine (PCAS, Minakem) ainsi qu'avec d’autres pharmas. Toutefois, ces projets ne devraient pas aboutir avant 2016 ou 2017 compte tenu des délais réglementaires, a prévenu Christian Sauveur, vice-président du groupe Servier en charge des affaires industrielles. Ce dernier indique que ce virage partiel vers un modèle CMO concernera aussi bien les capacités de production commerciales des plateformes normandes que le centre de recherche industriel de Bolbec, dédié au développement et à la production de lots cliniques. Les dirigeants de Servier entendent, grâce à cette initiative, protéger les 800 emplois des deux usines. Le moment est opportun puisqu’on observe un début de relocalisation des fabrications d'API massivement transférées vers l'Inde et la Chine ces dernières années, a indiqué lors de cette visite Jean Pelin, le directeur général de l'Union des industries chimiques (UIC).