Teva et Lonza s’associent sur le marché des biosimilaires

Le 21 Janvier 2009
Imprimer

Le marché des biosimilaires est de plus en plus concurrencé. Le génériqueur israélien Teva et le suisse Lonza viennent ainsi d’officialiser un accord de joint-venture. Cette alliance entre Lonza et Teva, ce dernier étant déjà très présent dans les biogénériques avec ses filiales Sicor et Barr, permet aux deux groupes de marquer des points sur la filiale de Novartis, Sandoz, et les principaux challengers du marché (les allemands Stada et Ratiopharm avec leurs filiales respectives Bioceuticals et BioGeneriX, le suisse BioPartners, l’indien Biocon…). Ces laboratoires se préparent à la chute des brevets d’une dizaine de médicaments biologiques qui génèrent actuellement 30 Mds$ de ventes. Les big pharmas Merck & Co., Eli Lilly et AstraZeneca ont récemment montré leur intérêt pour ce marché, notamment pour celui des « biobetters » (médicaments biologiques ayant fait l’objet d’améliorations galéniques ou de dosage, NDLR). Il est à noter que les façonniers aussi s’intéressent aux biogénériques : Recipharm vient ainsi de reprendre une unité appartenant à AstraZeneca : celle-ci, qui produit des lots cliniques de protéines recombinantes et d’anticorps monoclonaux, emploie 30 personnes à Södertälje (Suède).