Teva ferme son site canadien de Mirabel

Le 21 Juillet 2011
Imprimer

Installé au douzième rang du classement des laboratoires pharmaceutiques mondiaux (PharmExec 2010), avant la double absorption au printemps dernier du japonais Taiyo et de l'américain Cephalon qui devrait lui permettre de tutoyer le Top 10 mondial à la fin de l'année, l'israélien Teva procède, comme ses pairs, à des opérations de restructuration industrielle post-fusion.
Le laboratoire vient, en effet, d’annoncer la fermeture de son site canadien de Mirabel, qui emploie 340 salariés. L’usine, dédiée à la fabrication de produits narcotiques, de solides, d’encapsulés et de liquides (sirops, onguents), avait été intégrée au groupe après le rachat l'an passé de l’allemand Ratiopharm. Teva avait d'abord songé à vendre le site mais aucun candidat ne s’étant manifesté, il a décidé d'engager un processus de fermeture : les licenciements débuteront au printemps 2012 et s’échelonneront jusqu’à la fin de l’année. Teva emploie près de 1 900 salariés au Canada.