Vérité en deçà du Channel, erreur au-delà - Actulabo

Vérité en deçà du Channel, erreur au-delà

Le 22 Octobre 2012
Imprimer
Le NICE britannique n'a pas du tout le même avis sur le Procoralan des laboratoires Servier que l'ANSM/Affsaps, qui l'a mis sous surveillance renforcée de pharmacovigilance, et encore moins que les Professeurs Debré et Even, qui le rangent parmi 58 médicaments "dangereux" dans leur récent et célèbre ouvrage. Le National Institute for Health and Clinical Excellence (NICE), qui fait autorité au Royaume-Uni en matière de santé, se repose, quant à lui, sur l'avis d'un comité indépendant d'experts qui conclut que "sur la base des preuves disponibles, Procoralan s'est avéré avoir un effet bénéfique dans la réduction de la mortalité et améliorer la qualité de vie chez des patients atteints de certains types d'insuffisance cardiaque chronique". Le NICE recommande donc l'approbation de ce traitement de l'angine de poitrine commercialisé en France depuis 2007 et conclut, ce qui est primordial pour cet organisme très pointilleux sur l'utilisation de l'argent public, que le Procoralan pouvait être considéré comme d'un bon rapport qualité-prix pour le NHS (la Sécu anglaise).
On est loin du jugement des Pr. Debré et Even qui estiment que le Procoralan et 57 autres spécialités "sont à proscrire immédiatement. Inefficaces ou inutiles, elles peuvent être aisément remplacées par d'autres, moins dangereuses et souvent moins chères". Rien n'a donc changé depuis le XVIIe siècle où Blaise Pascal remarquait avec justesse que "vérité au-deçà des Pyrénées" devenait souvent "erreur au-delà".