Consulter en ligne

Consulter en ligne

Covid-19 : Sanofi ne rend pas les armes

Piqué au vif par les critiques qui ont suivi l’annonce du retard pris dans le développement d’un vaccin contre la Covid-19, Sanofi réagit. La big pharma française vient d’annoncer qu’elle allait lancer avec son partenaire GSK une nouvelle étude de phase II qui portera sur une « formulation affinée d’antigènes » entrant dans la composition de son candidat-vaccin à protéine recombinante. Selon les responsables du projet, c’est à une mauvaise appréciation de la quantité d’antigènes requise due à un mauvais choix de réactifs que Sanofi doit ce retard.
Ce candidat amendé sera testé auprès de 720 patients volontaires de plus de 16 ans, qui seront recrutés aux États-Unis, au Honduras et à Panama. En cas de résultats probants, une phase III pourrait débuter au second trimestre pour une disponibilité du vaccin espérée en fin d’année. En parallèle, les équipes travaillent sur les variants du SARS-CoV-2. Les enjeux économiques sont considérables, estime un porte-parole de Sanofi, qui rappelle que près de 800 millions d’unités ont été précommandées à travers le monde.
Le groupe continue également à mettre ses capacités de manufacturing à la disposition de ses rivaux plus avancés. Après avoir confirmé que l’usine Sanofi de Francfort pourrait produire plus de 100 millions du vaccin Pfizer-BioNTech d’ici à la fin de l’année, Sanofi annonce que l’usine de Marcy-L’Étoile (69) assurerait à partir du troisième trimestre le fill & finish du vaccin de Johnson&Johnson au rythme de 12 millions de doses par mois.

Partager l’article

Partager sur twitter
Partager sur email
Partager sur facebook

LES DERNIÈRES INFOS

LA LETTRE BI-MENSUELLE

Depuis 2003, la lettre confidentielle
bimensuelle
livre en avant-première les informations sur l’industrie du médicament. 

LES SUPPLÉMENTS

Depuis 2009, des numéros hors-série destinés à tous les professionnels de l’industrie du médicament.