Famar au bord du gouffre

Selon nos informations, la situation serait devenue critique chez le façonnier pharmaceutique Famar. Une procédure de conciliation a été ouverte à la mi-avril pour tenter de faire patienter les créanciers ; comme en 2016, elle a été confiée à l’administrateur judiciaire parisien Frédéric Abitbol. Patrick Puy, l’homme qui a sauvé Smoby, Spir Communication et le groupe Vivarte – où il vient d’achever sa mission – a été appelé à la rescousse de Famar et nommé CEO à la mi-mai ; il succède à Ian Muir qui a quitté l’entreprise avec plusieurs autres de ses dirigeants à la fin de l’hiver. Ian Muir avait été nommé CEO à l’automne 2017 par le fonds Pillarstone (KKR), mandaté au début de la même année par les banques grecques actionnaires pour redresser une situation déjà fort compromise. Famar, qui déclarait encore récemment 460 M€ de CA, possède quatre unités en France, à Orléans-La Source (45), St-Genis-Laval (69), L’Aigle (61) et St-Rémy-sur-Avre (28), ainsi que deux en Grèce, une en Italie, une en Espagne, une aux Pays-Bas et une dernière au Québec.
Arrivé à Orléans dans la première quinzaine de mai, Patrick Puy a immédiatement réuni les cadres de l’entreprise ; il a promis de trouver immédiatement 15 M€, indispensable pour reconstituer le fonds de roulement du façonnier ; selon nos sources, le besoin serait plutôt de 35 M€ d’argent frais. Prêt à toutes les éventualités, KKR a mandaté la banque Lazard pour identifier des repreneurs dans le cadre d’une vente à la découpe, ce qui semble l’hypothèse la plus probable à ce stade.

Partager l’article

Partager sur twitter
Partager sur email
Partager sur facebook

LES DERNIÈRES INFOS

LA LETTRE BI-MENSUELLE

Depuis 2003, la lettre confidentielle
bimensuelle
livre en avant-première les informations sur l’industrie du médicament. 

LES SUPPLÉMENTS

Depuis 2009, des numéros hors-série destinés à tous les professionnels de l’industrie du médicament.